felipe Massa venturi

e-Prix de Rome : Massa et Mortara vont jouer à domicile, enfin presque…

Mon premier est brésilien, mais il a vécu les huit plus belles saisons de sa carrière de pilote de F1 au coeur de la Scuderia Ferrari. Mon deuxième est italo-suisse… et résident monégasque, donc trois des cinq prochaines manches de la Formule E (Rome, Monaco, Berne) le concernent un peu plus que les autres.

Felipe Massa et Edoardo Mortara, les deux pilotes Venturi, se font une joie de disputer samedi le très attendu ePrix de Rome, dans la Ville Eternelle…

« Je suis heureux de revenir à Rome, cette ville incroyable!”, sourit Felipe. “J’ai de bons souvenirs de victoires sur le circuit de Vallelunga en Formule Renault et en Formule 3000. J’ai hâte de rouler dans la ville, ça va être un moment formidable. »

« Dans la mesure où il n’y a pas de course de FE au Brésil cette année et où l’Italie est un pays cher à mon cœur, je considère l’e-prix de Rome comme ma course nationale. »

« J’ai hâte de passer des bons moments sur la piste et avec les Italiens, de bénéficier du soutien des fans. J’espère atteindre mon but: me battre pour le podium ou peut-être la victoire, ce qui serait fabuleux”.

Son compère Edoardo, vainqueur historique à Hong Kong du 50e ePrix de l’histoire du sport automobile, est tout aussi enthousiaste: « En tant qu’Italo-Suisse, l’ePrix de Rome est un peu ma course nationale, avec celle de Berne. »

« Ca me fait toujours plaisir de revenir en Italie, un pays que je connais bien et où j’ai fait mes classes. En plus, j’aime beaucoup le tracé de l’ePrix de Rome, particulièrement exigeant. »

« Sur un plan sportif, je vais donner le meilleur de moi-même – comme toujours – et faire en sorte avec l’équipe que tous les éléments soient maîtrisés pour aller chercher la performance. »

Mortara est 5e du classement pilotes, ex-aequo avec Luca di Grassi, à dix points seulement du leader, Antonio Felix da Costa, et à deux petits points du champion en titre, Jean-Eric Vergne, qui vient de gagner en Chine. Donc tout est possible pour la fin du championnat et cet ePrix de Rome va forcément donner le ton d’une deuxième moitié de saison qui s’annonce palpitante.

Un circuit urbain compliqué

Le circuit de 21 virages, long de 2,870 km, a été tracé au sud de la ville, dans le quartier de l’Exposition Universelle de 1942… qui n’a jamais eu lieu, Les monoplaces passeront sur la Place des Nations Unies, soit un joli clin d’oeil au très cosmopolite “FE Circus”. Il y a du dénivelé, des bosses, peu d’adhérence.

La recherche d’un bon équilibre sera donc cruciale, par les ingénieurs, et un bon couple moteur sera un atout maître. La zone dans laquelle les pilotes devront se rendre pour déclencher le « mode attaque » -qui offre un surcroît de puissance- est située à un endroit difficile, donc intéressant: à la sortie du virage 6.

L’an dernier, le grand show de la FE avait attiré 53.000 spectateurs et 34 millions de téléspectateurs, soit la meilleure audience de la saison 2017-2018.

alex lynn jaguar racing

Portrait : Alex Lynn, le retour !

nationali piloti

Vidéo : Le match de 90 minutes entre les pilotes de Formule E et les légendes de l’AS Roma